Petit Texte 6 – Le monde du travail en France

L’article qui nous avons discuté la semaine dernière m’a enseigné plusieurs choses intéressantes au sujet du monde du travail en France. Quoique je sois d’accord avec Baverez que « La France doit donc opérer une révolution copernicienne concernant le travail » si elle espère rivaliser avec le reste du monde, il semble que les Français aient trouvé un équilibre entre le travail et la vie. Je peux imaginer que les vacances de cinq semaines ou plus et les semaines de travail de trente-cinq heures sont merveilleuses. C’est très différent de mes expériences de travail où les employeurs demandent de plus en plus de travail pour le même salarie. On peut dire que la philosophie française a un effet négatif sur la capacité des entreprises françaises de se faire concurrence dans l’économie mondiale. Parce que le Code du travail protège vigoureusement les droits du travailleur, c’est aussi trop difficile pour un employeur de virer les mauvais travailleurs. En même temps, le risque réduit d’être viré est moins motivant pour les travailleurs de travailler. Alors, il est évident que ni l’un ni l’autre des systèmes n’est le meilleur. Mais, peut-être que le Code du travail est trop rigide. Il doit pouvoir s’ adapter à un monde qui change très vite. Un système central est bon pour gérer l’égalité, mais il est impossible de savoir et aborder toutes les situations. Donc, je pense qu’il est nécessaire de créer les lois qui protègent la norme minimum et laissent les détails aux employeurs et à leurs salariés. Les lois rigides sont peut-être une des raisons pour le chômage en France. On peut imaginer que les employeurs seraient frileux à l’égard d’engager quelqu’un sachant qu’il est difficile à le virer.